div.page-desc {display:none;}

LE CAFE DES LIVRES (10 rue Saint Martin, Paris 04)

This is one of my favorites of the neighborhood. To give a quick rundown, Le Cafe des Livres has an intimate ambiance, where you can cozy up or cocoon. The terrace is warm and heated in the winter and the servers are endearing. Inside, the shelves are filled with books in French, English, Spanish and more. Randomly take your pick, find a seat on a leather bench and enjoy. Why all the books? You’re in a literary cafe, a place where small groups come together to discuss and exchange ideas about literature and politics. These literary cafes are keeping the tradition alive; these meetings have been occurring since the French Revolution. Les Deux Magots and Le Flore, found in Saint-Germain, are, of course, the best known of these types of literary cafes. Le Procope, a bit more ancestral, was where the revolutionaries and great philosophers rubbed shoulders to exchange ideas and debate.

LA TOUR SAINT JACQUES

Just across the way is a beautiful tower in the middle of a square, La Tour Saint Jacques. It’s a superb example of the flamboyant gothic architecture of the 16th century. Interestingly, it belonged to the Saint-Jacques church of butchery (destroyed in the 18th century). In the middle Ages, each of the trades were grouped by brotherhood (similar to today’s unions), each attached to one particular church. The richer the brotherhood was, the more flamboyant the church. As one might have said at the time, it was good to be a butcher!

L’HOTEL DE VILLE

Just a few steps away sits the magnificent Hotel de Ville. It’s the largest administrative building in Europe and it’s history dates back to the 14th century. To understand the organization of the time, imagine two distinct powers: the king along with his flock of aristocrats living on their privileges and turning away from commercial activities, and those who made their living on these same commercial activities. The bourgeoisie constituted a considerable weight on the economy of the city, even casting a shadow on the supreme authority of the king. On the other hadn, the commercial activities were in full swing here, on the banks of the Seine. Ships unloaded their merchandise on the beach and their stock was evaluated, sorted, negotiated, and put up for sale in Les Halles. A particularly influential merchant, Etienne Marcel, was elected to represent this community. And the first building where he supervised these operations was yet to be constructed. You might consider him, this provost of merchants, as the first mayor of the city of Paris. Little by little, this building took the form the we know today, with a impressive Renaissance style facade (17th century). During the Commune, the building was burned down, but rebuilt according to the original plans. This is also the same place where many suffered from barbaric torture and were, ultimately, executed. The most famous of these killings was that of François Ravaillac who assassinated the good king Henry IV. He was burned with lead, boiling oil and sulfur, then quartered. The hysterical crowd took away the remains and scattered them throughout the city.

FLUCUTAT NEC MERGITUR

The crest of Paris depicts a ship on the Seine. The commercial power at the time was a strong force within the city: the wealth of Paris depended on it. The city’s motto “Fluctuat nec mergitur”, can be translated as “it floats, but does not sink” was widely embraced after the attacks on November, 13, 2015.


LE CAFE DES LIVRES

Il fait partie de l’un de mes coups de cœur du quartier. Pour donner des cours en tous cas, ce qui veut dire ambiance intime, calfeutrée et cocooning en même temps. La terrasse est chauffée en hiver et les serveurs y sont adorables. A l’intérieur, des étagères remplies de livres, en français, en anglais, en espagnol… Piochez-en un, au hasard, installez-vous sur une banquette en cuir et profitez. Pourquoi des livres ? Vous vous trouvez tout simplement dans un café littéraire, ceux dans lesquels des petits groupes se retrouvent pour discuter et échanger sur des textes littéraires ou politiques, perpétuant ainsi la tradition des cafés où se tiennent ces réunions depuis la Révolution française. Les « Deux Magots » ou « Le Flore » sont bien sûr les plus connus, dans le quartier de Saint Germain, « le Procope », plus ancestral, où les Révolutionnaires et les grands philosophes se côtoyaient pour échanger et débattre.

UN PEU D’HISTOIRE

LA TOUR SAINT JACQUES

Juste en face se trouve cette superbe tour, au milieu d’un square, la tour Saint Jacques. Superbe exemple d’architecture gothiques flamboyante (16ème siècle), elle appartemenait à l’Eglise Saint-Jacques de la boucherie (détruite au 18ème siècle). Au Moyen-Age, les corps de métier étaient regroupés en confrérie (nos tout permiers syndicats en somme), chacun étant rattachés à une église en particulier. Plus la confrérie était riche, plus l’église qui la représentait était clinquante. Autant vous dire qu’à l’époque, il faisait bon d’être boucher !

L’HOTEL DE VILLE

A deux pas de là se trouve le superbe Hôtel de ville. Il s’agit du plus grand bâtiment administratif d’Europe ! Son histoire remonte au 14ème siècle. Pour bien comprendre l’organisation d’alors, il faut se représenter deux pouvoirs distincts : le roi et toute la floppée d’aristocrates vivant sur leur privilèges et boudant toutes activité commerciales, et ceux qui s’enrichissent sur ces mêmes activités. A tel point que cette bourgeoisie constitue un poids non négligeable dans l’économie de la ville, pouvant même faire de l’ombre à l’autorité suprême du roi. Cette activité bat son plein ici même, sur les bords de la Seine, avec tous ces navires qui déversent leurs marchandises sur la grève, dont les stocks sont évalués, triés, côtés et relégués un peu plus haut, dans les Halles, pour la vente. Un marchand particulièrement influent, Etienne Marcel, va être élu pour représenter cette communauté. Une première bâtisse d’où il pourra superviser ces opérations va être construite. On peut considérer ce prévôt des marchands comme le premier maire de la ville de Paris. Petit à petit, cette bâtisse prend la forme que nous lui connaissons aujourd’hui, avec cette superbe façade de style Renaissance (17ème siècle). Pendant la Commune, le bâtiment sera incendié mais reconstruit d’après les plans originaux, à quelques détails près. Et c'est sur cette même place que les suppliciés subissent les plus atroces tortures et mises à mort. Le plus célèbre d'entre eux, François Ravaillac, assassin du bon roi Henri IV, y fut brûlé au plomb, à l'huile bouillante et au souffre, puis écartelé. La foule hystérique s'arrachera les restes de ses membres puis dispersés dans la ville.

FLUCUTAT NEC MERGITUR

L’écusson de la ville de Paris représente un navire sur la Seine. On comprend mieux la force de cette puissance commerciale d’alors : la richesse de la ville dépendait en grande partie de sa puissance commerciale. La devise de la ville, « Flucutat nec mergitur », que l’on peut traduire par « Il flotte mais ne coule pas », a été largement repris après les attentats du 13 novembre 2015.

 
 
 

1 Comment