div.page-desc {display:none;}

Le Dôme
108 boulevard du Montparnasse, 75014 Paris.

**FRENCH BELOW**

 Le Dôme, today, is a superb restaurant serving mostly seafood dishes. But push through the doors and the setting will take you back to another time. The framed black and white photos speak to you immediately. Who are these faces? Many are recognizable - Picasso, Fitzgerald, Hemingway, Soutine and the emblematic couple, the Queen (or Kiki) of Montparnasse and Man Ray. You are standing in one of the most visited places in Paris between the two wars. Le Dôme was the first “Anglo-American” café frequented by the intelligentsia during this time.

CONTEXT

1918. Europe was finally finished with its first conflict. After four years of privatization and mourning, the Parisian youth aspired to free themselves of all that had to do with restriction, conflict and commemoration. And the Roaring Twenties was born, a radical turn in cultural and artistic life. The women got rid of their corsets and cut their hair in boyish styles. Everyone danced until the early morning and drank themselves silly in Montparnasse and Montmartre. The two neighborhoods engaged in absurd contests and waged a war, though all was good-natured. There appeared to be a single slogan: Forget the hardship of recent years.

On the carrefour Vavin, four cafés would mark Parisian life forever. Le Dôme was first, built in 1898, followed by La Rotonde (1911), La Coupole (1927) and Le Select (1923). It was the beginning of the golden age of the mythical Parisian terraces, the place to both be seen and expand one’s mind with knowledge. Henri Miller himself said that this Carrefour Vavin was “the navel of the world”. However, the Great Depression began in the United States in 1929 and prompted a number of Americans to rush back to their country. Little by little, the prominence Montparnasse and its cafés diminished. One neighborhood patiently waited to take its turn as the new emblem of intellectual Parisian life: Saint-Germain.

ART NOUVEAU / ART DECO

Art Nouveau appeared in the 1890s. It was revolutionary, breaking academic rules imposed by the art trade. It was also everywhere: architecture, furniture, jewelry, decorations and paintings. It was an ode to nature with its curved, natural forms. Our subway entrances made by Guimard are a very good example of the style. But it fell out of favor quickly and made way for Art Deco, which was the opposite of Art Nouveau - a return to geometric forms, perfect balance and simple lines. Not surprisingly, in a short span of time, the cafés of the Carrefour Vavin made changes under the influence of Art Deco.


LE DOME

Le dôme, c’est aujourd’hui un superbe restaurant qui sert essentiellement des plats de poissons. Mais poussez les portes et vous serez projetés dans un décor d’un autre temps. Les photos en noirs et blancs encadrés sur les dossiers vous interpelleront immédiatement. Qui sont-ils ? vous reconnaitrez sans doute, entre autres, Picasso, Scott Fitzgerald, Hemingway, l’emblématique couple Kiki de Montparnasse et Man Ray, Soutine… Vous vous trouvez simplement dans un des lieux les plus en vus du Paris de l’entre deux guerres. Le Dôme a été le premier café « anglo-américain » fréquenté par l’intelligentsia de l’époque.

CONTEXTE
 

1918. L’Europe en a enfin fini avec ce premier conflit. Après 4 années de privatisations et de deuils, la jeunesse parisienne aspire à se libérer de tout ce qui peut rimer avec restrictions, conflits et commémorations. Un tournant radical dans la vie culturelle et artistique va s’engager, que l’on qualifie encore aujourd’hui d’Années Folles. Les femmes se débarrassent de leurs corsets, se coupent les cheveux à la garçonne, on danse jusqu’au petit matin et on s’enivre à Montparnasse et à Montmartre. Les deux quartiers se font la guerre et engagent des concours aussi absurdes que grotesques, l’ambiance est bon enfant. Un seul mot d’ordre : oublier la rigueur de ces dernières années.  Vous êtes sur le carrefour Vavin où, successivement, 4 cafés vont marquer à tout jamais la vie parisienne : Le Dôme tout d’abord (construit en 1898), La Rotonde (1911), puis la Coupole (1927) et enfin Le Select (1923). C’est le début de l’âge d’or des mythiques terrasses parisiennes, où il est bon d’être vus et d’élargir son cercle de connaissances. Henri Miller dira lui-même que ce carrefour Vavin est « le nombril du monde ». Cependant, la Grande Dépression qui débute aux Etats-Unis dès l929 pousse les nombreux Américains à retourner précipitamment dans leur pays. Petit à petit, Montparnasse et ses cafés ne sont plus dans l’air du temps. Un quartier attend sagement de prendre le relais pour être à son tour le nouvel emblème de la vie intellectuelle parisienne : Saint germain.

ART NOUVEAU / ART DECO

L’Art Nouveau apparait dès les années 1890. Il se veut révolutionnaire, brisant les règles académiques imposées dans le commerce de l’Art. Il s’immerge absolument partout :  dans l’architecture, le mobilier, les bijoux, les décors et peintures. C’est une ode à la nature, avec des formes très ondulées et végétales. Nos bouches d’entrée de métro réalisées par Guimard, en sont un très bel exemple. Mais cette mode va prendre rapidement fin pour laisser place à l’Art Déco(ratif), qui cherche quant à lui la rupture avec l’Art Déco : Retour à des formes géométriques, équilibre parfait, lignes très simples. Il n’est donc pas étonnant qu’en un laps de temps aussi court, les cafés du carrefour Vavin en aient subi des influences directes.

Comment